Ils nous font confiance

AltraBio
Avisia
Cancéropôle Clara
Cardiags
CNES
EDF
Gerflor
Hospices Civils de Lyon
Inmodélia
Intes
Mayacare
MDBAT
Michelin
MicroDB
Minalogic
Neolys
Renault
Sanofi Pasteur
SIEMENS
Supergrid Institute
Thalès – CNES
The cosmo compagny
Valéo
Volvo

 

Quelques exemples de collaboration

Electricité De France

Collaboration de recherche impliquant l’encadrement de deux stagiaires, d’un post-doc et d’un doctorant.

Etude des questions spécifiques en lien avec l’évaluation de risques extrêmes conjoints : Comment prévoir la probabilité de dépassement de différents seuils simultanément pour plusieurs variables fixées ? Comment extrapoler à l’aide d’informations provenant de différents sites connus la survenue d’un événement extrême en un nouveau site ?

Les réponses apportées ont mis en œuvre de nombreux aspects de la théorie des valeurs extrêmes multivariées, de la statistique des séries temporelles, de la modélisation spatiale ou spatio-temporelle.

Michelin

Collaboration tripartite en cours depuis 2017, entre l’ICJ, Michelin ainsi que l’ENIT de Tunis, qui a donné lieu au financement de 5 thèses, 4 stages de master et 1 stage post-doctoral.

Les thématiques développées tournent autour de l’amélioration de la performance des méthodes numériques en particulier sur la prise en compte des conditions de contact avec frottement (enjeu central dans la simulation de pneumatiques), la simulation des renforts et la prise en compte de concentrations de contraintes.

Michelin dispose d’une équipe qui développe ses propres codes de calcul au Centre de Technologies Europe (Clermont-Ferrand). À la frontière entre mécanique des solides, mathématiques appliquées et calcul haute performance, cette équipe tisse de nombreux liens avec des laboratoires de recherche dans le monde entier.

Thalès et CNES

Deux collaborations avec Thalès et le CNES, entre Lyon et Toulouse ont été menées.

Un premier travail a consisté à appliquer la théorie des valeurs extrêmes univariée sur les données formées comme des quotients entre les erreurs estimées et les erreurs réelles sur la localisation GNSS. Le but étant de contrôler ces quotients et donc de caractériser les extrêmes en estimant la queue de distribution.

Une seconde collaboration a été mise en place pour étudier la duplication des trajectoires pour l’intégrité et la continuité EGNOS (EGNOS : système utilisant les signaux de satellites en orbite géostationnaire) – GALILEO. Dans ce second travail la duplication de trajectoires (Splitting) a permis d’estimer au mieux des événements rares. Ces aléas redoutés sont des pannes ou des indisponibilités de composants dans un système. L’action menée comprend également une comparaison à d’autres méthodes de fiabilité et particulièrement le réseau de Pétri.